Les menhirs de Mont Saint Eloi

Les pierres du Diable (pierres jumelles d'Acq)

Deux légendes concurrentes attribuent au Diable la présence de ces pierres à cet endroit.

 

La première raconte l'histoire de la reine Brunehaut, de son vrai nom Brunehilde, et de la construction de la chaussée du même nom. Brunehaut, voulant reconstruire la route, fait un pacte avec le Diable : si ce dernier effectue le travail en une nuit, avant le chant du coq, l'âme de la reine lui appartiendra. Mais la reine, afin de tromper le Diable, réveille le coq avant l'heure afin de le faire chanter. Furieux, le Diable lance alors de rage les deux dernières pierres qu'il tenait.

 

La seconde version est la suivante. Un fermier aurait échangé son âme avec le Diable contre la promesse de lui construire sa ferme en une nuit, la fin de la nuit étant à nouveau marquée par le chant du coq à l'aube. Mais, afin de faire échouer le Diable, la femme du fermier réveilla le coq plus tôt. Le Diable, dans sa colère aurait alors lâché dans le champ les deux dernières pierres qu'il tenait à la main.

Les demoiselles d'Acq

Des filles d’Acq revenant en retard d’un bal à Villers aux Bois, auraient été punies et transformées en statues de grès sur le chemin du retour. C'est pourquoi ces pierres sont aussi appelées "Les Demoiselles d’Acq".

 

PHOTOS

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :